TRUCHTERSHEIM
MÉDIATHÈQUE/ÉCOLE DE MUSIQUE
Etude : 2004
Réalisation : 2007
Surface : 1 620 m²
Coût : 2 833 000 € H.T.
Maître d'ouvrage : COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU KOCHERSBERG
Architectes : EMMANUELLE BEAUDOUIN, LAURENT BEAUDOUIN, CATHERINE LINDER PAYSAGISTE, PIERRE GAUCHER SCULPTEUR
Architectes assistants : CHRISTOPHE THIERY (chef de projet), PAOLO SOUZA, MARC BRINGER, ROMUALD THIÉBAUT, SAMUEL CAMENZIND

Le terrain triangulaire choisi pour regrouper une école de musique et une médiathèque, est situé à l’entrée du village de Truchtersheim à l’ouest de Strasbourg est bordé au nord par un parc privé. Le vallonnement souple du site se retrouve dans la forme du bâtiment, dessiné par Emmanuelle Beaudouin et Laurent Beaudouin comme un écho du paysage. Le volume dessiné par l’atelier Beaudouin, se présente comme les doigts d’une main épousant le mouvement du terrain. Les façades du bâtiment sont en béton de site coloré dans la masse, utilisant des granulats et des pierres concassées. Le béton est bouchardé après décoffrage pour lui apporter un aspect proche de la pierre, et faire sortir les agrégats de grande taille. Ce béton de site donne aux façades une présence et une matière proche de certains murs de pierre du village. L’école de musique et la médiathèque, organisés de façon autonome sont reliées en un seul édifice par une galerie couverte. Dans la bibliothèque, les ouvertures sont basses, près du sol, pour ne pas exposer les tables aux rayons du soleil. Le plafond des salles de lecture est formé de fines lames de pin d’Oregon, espacées par des vides de même largeur et suit la forme souple de la toiture. Il laisse filtrer la lumière naturelle par des puits de jour tronqués, créant un dégradé de lumière chaude. Un éclairage suspendu complète les gorges lumineuses latérales et crée une nappe horizontale qui assure une lumière régulière aux espaces de lecture. Les jardins et les patios sont comme la prolongation de l’espace intérieur, ils sont plantés de façon dense pour faire un tout avec le parc existant. La salle de lecture des enfants est séparée de celle des adultes par un patio et un jardin en gradin servant de théâtre de plein air.

L’école de musique a une organisation simple avec de larges circulations pour faciliter le transfert des instruments. Les murs et la toiture dont formés de courbes réglées, à l’image de l’école de Gaudi à Barcelone ou de l’église d’Atlantida d’Éladio Dieste. La forme de sa façade et de la toiture règle l’acoustique de la salle. Les courbes irrégulières évitent les effets indésirables de résonance et donnent une image métaphorique du programme. L’auditorium est en surplomb par rapport au jardin pour devenir une scène réversible pour les concerts en plein air et à l’inverse peut se fermer par de grands volets intérieurs en bois.

L’ondulation qu’imprime la morphologie du bâti sur le dévers du site, est affirmée par une composition libre du parc, réalisée par le jeu de lignes brisées, ancrée dans la pente du terrain. Le parc est clôturé par une succession de haies d’arbres, relayés tantôt par des murets ou des fossés, de façon à réserver un espace plus calme à l’intérieur du parc, fabriquant un effet de « seuil » entre la séquence des équipements et l’arrivée dans le centre du village.

———————————————————————————————-

SCHOOL OF MUSIC AND MEDIATHEQUE

The project is situated in the plains of Alsace at the entrance of a village west of Strasbourg. In the north of the triangular plot there is a private park towards which the project can face. It unites a music school and a mediatheque. The undulating nature of the land is reflected in the form of the building, as if it were an echo of the landscape.  The mass seems like the fingers of a hand embracing the movement of the land without giving the impression of  crushing it. The drawing of the edifice by making use of  an eloquent and poetic architectural style, become a metaphor of the themes of the program. The facades of the building are in coloured concrete mixed with big stone chips and crushed stones.  The concrete is bush hammered after being removed from the formwork to make it closely look like stone and accentuate the bigger aggregates.  The facades made with this concrete resemble in matter and style certain old village walls. The music school and mediatheque are connected but function independently. They are part of the same building and linked by a covered gallery . In the library, the openings are near the ground so that the tables are not exposed to direct sunlight. The ceiling of the reading rooms are made with thin Orgon  pine wood laths, equally spaced and following the supple contours of the roof. Natural light filters in through truncated light shafts,  casting shades of  warm light.

Pendant lights are fixed in the luminous lateral grooves and constitute a horizontal layer diffusing a pleasant, constant light  on the reading areas. The gardens and the patios are like an extension of the interior space. The vegetation here is lush so that they seem to blend seamlessly into the park around.  The children’s reading room is separated from that of the adult’s by a patio and a garden which doubles as an open air theatre.

The music school is organised simply with wide passages so that the musical instruments can be moved easily. The walls and roofing are made of harmonious curves reflecting the style of Gaudi’s school in Barcelona or the church in Atlantida built in Uruguay by Eladio Dieste.  The auditorium because of its facade and its roofing has excellent acoustics. There are no unwanted echoes due to the irregular curves of the big hall which present a metaphoric image of the program. The auditorium projects over the garden and can become a place for open air concerts but can be also be closed from inside by big wooden shutters.

The undulating nature of the building on the incline of the site is complemented by the fluid structure of the park created by a play of broken lines, anchored in the slope of the land. A row of trees form a fence around the park interspersed at times by small walls or ditches. This is to build a quieter space inside the park by creating a threshold effect between the amenities and the arrival at the village centre.